Nos visages révèlent si nous sommes riches ou pauvres

Une étude menée par des psychologues suggère que nous pourrions deviner avec fiabilité si quelqu’un est plus riche ou plus pauvre que la moyenne simplement en regardant son visage neutre, sans aucune expression.

Des indices faciaux subtils pourraient permettre à d’autres de déterminer si vous êtes plutôt « riche », ou plutôt « pauvre » dès la première impression selon une étude qui note au passage que ceux qui ont une apparence « riche » sont plus susceptibles de réussir leurs entretiens d’embauche. Tout aussi intéressant, les chercheurs ont découvert que cette capacité à « lire » la classe sociale d’une autre personne ne peut se faire que lorsque le visage de cette personne est neutre. En d’autres termes, si vous souriez ou exprimez quelconque expression, il serait alors impossible de lire votre classe sociale.

Pour en arriver à de telles conclusions, les chercheurs ont séparé deux groupes de participants, principalement des étudiants. Le premier devait observer le second et vice-versa. En utilisant un revenu familial moyen de 57,000 £ à titre de référence, les chercheurs ont alors classé les étudiants bénévoles avec un revenu familial inférieur à 46 000 £ en tant que « pauvres ». Ceux dont les revenus familiaux dépassaient les £ 77,000 ont été classés comme « riches ». Chaque volontaire posait ensuite sur des photos avec une expression neutre sur le visage.

Les étudiants qui observaient furent ensuite invités à n’utiliser que leur instinct pour décider lesquels étaient riches ou pauvres simplement en regardant leurs visages. Ils ont alors pu déterminer quel élève appartenait au groupe riche ou pauvre à un niveau d’exactitude qui dépasse de loin les chances aléatoires pour les chercheurs. « Ce que nous observons, c’est que les élèves de 18 à 22 ans ont accumulé une expérience de vie suffisante qui a visiblement changé et façonné leur visage au point que vous puissiez dire à quelle classe socio-économique ou sociale ils appartiennent ». Cette capacité ne s’applique qu’aux visages « sans expression » et non lorsque les gens sourient ou expriment des émotions. Celles-ci masquent en effet les marques subtiles laissées par les expériences de vie passées.

« Il existe des neurones dans le cerveau qui se spécialisent dans la reconnaissance faciale. Le visage est la première chose que vous remarquez lorsque vous regardez quelqu’un. Nous sommes en quelque sorte calibrés pour reconnaître ses différences subtiles gravées sur nos visages », note Nicholas Rule, psychologue à la Faculté des arts et des sciences de l’Université de Toronto et principal auteur de cette étude. « La plupart des gens ne sont pas conscients de cette capacité à “lire” les visages des autres. La prochaine étape consistera à étudier des groupes de personnes plus âgées pour voir si les modèles de repères faciaux deviennent encore plus évidents à mesure que le temps passe.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s