News

« Épouse moi mon pote » : comédie homophobe de l’année !

 » Vulgaire et laid, le film de Tarek Boudali est aussi homophobe et misogyne. »

 

Yassine (Tarek Boudali) est un jeune étudiant marocain qui réalise son rêve : venir à Paris pour étudier l’architecture. Il prépare avec confiance son concours mais le jour J, une gueule de bois l’empêche de se rendre à l’examen. Sans diplôme et sans visa, il se retrouve en situation illégale quand une idée lui traverse l’esprit : demander à son meilleur ami de l’épouser. Tout semble rentrer dans l’ordre mais c’est compter sans l’obstination d’un inspecteur qui, suspectant un mariage blanc, ne lâchera pas le jeune couple d’une semelle. Les deux amis sont déterminés à devenir un couple convaincant en s’emparant des codes « gay ». On le sait bien, les homosexuels aiment les petits chiens, les marinières et le shopping, il n’y a qu’à adopter la panoplie pour être crédible.

Les clichés les plus éculés défilent. Homophobie, misogynie (les femmes rondes et âgées en prennent aussi plein la figure), tout est prétexte à se moquer. Épouse-moi mon pote appartient au genre désormais bien fourni qu’est la comédie à l’ère de Cyril Hanouna.

Dès que l’affiche et la bande-annonce ont été découvertes, des critiques ont été avancées sur les clichés véhiculés dans ce film.

Le président de SOS Homophobie, Joël Deumier, s’est exprimé sur BFMTV et avance que « les blagues qui sont faites tendent à surfer sur les stéréotypes qu’on a sur les homosexuels ». « On ramène par exemple beaucoup les situations au sexe. Il y a une réplique où on dit aux deux personnages, ‘ce soir vous allez sabrer le champagne’, et ils répondent ‘non on va plutôt sabrer des b…’. Il faut bien se rappeler qu’un des stéréotypes associés à l’homosexualité, c’est l’hyper-sexualisation. Et ça, ce n’est jamais associé à l’hétérosexualité », poursuit-il. Pour lui, est aussi véhiculé dans ce film le « stéréotype de la folle ».

 « On en revient toujours à la caricature de l’homosexuel efféminé et obsédé sexuel. On peut rire de beaucoup de choses… quand c’est drôle! Quand c’est simplement de la paresse intellectuelle et des clichés identiques à ceux d’il y a quarante ans, ce n’est pas amusant », affirme quant à lui auprès de 20 Minutes Didier Roth-Bettoni, auteur de « L’Homosexualité au cinéma ».

Tristan Lopin demande, dans une vidéo postée le 25 octobre sur Youtube, si « on peut arrêter les clichés ». « C’est bien connu, les homosexuels se baladent toujours dans la rue avec des plumes dans le cul, des cheveux couleur de licorne en laissant une petite traînée de paillettes multicolores, tout le monde le sait », ironise-t-il. « Du coup ils font des trucs de gays, on les voit faire du shopping dans des magasins, des sex-shops pour s’acheter des gros godemichets ».

 

Sources : http://www.huffingtonpost.fr/2017/10/26/le-film-epouse-moi-mon-pote-accuse-de-vehiculer-des-cliches-sur-lhomosexualite_a_23256596/  et http://www.lemonde.fr/cinema/article/2017/10/30/epouse-moi-mon-pote-comedie-a-l-ere-d-hanouna_5207791_3476.html
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s