La nouvelle super-héroine lesbienne arrive dans Marvel’s Runaways !

Elle a de super pouvoir, elle a de l’énergie à revendre, et elle est totalement homosexuelle.
Le mois prochain, les fans de Marvel ont présentés au Doyen Karolina, une super-héroine avec un rougeoiement d’arc-en-ciel qui se forme sixième des Runaways.
Après que l’adolescente et ses cinq amis découvrent que leurs parents font partie d’une mauvaise organisation, ils s’enfuient et se battent contre cette dernière.

Karolina_Dean_Earth-616-marvel-comics.jpg

Confusément, le groupe néfaste qu’ils doivent assumer est appelé The Pride – mais ne soyons pas trop accrochés à cela. Il n’y a qu’un côté auquel appartient l’arc-en-ciel dans cette histoire.

Les nouvelles suivent la révélation que Thor: Ragnarok mettra en vedette le tout premier super-héros bisexuel à l’écran de Marvel, sous la forme de Valkyrie, un guerrier badass.

Plus tôt cette année, Marvel a lancé une nouvelle bande dessinée dirigée par America Chavez, un adolescent latino queer avec des parents lesbiennes.

 La bande dessinée, appelée America, a suscité une vague de soutien de la part des lecteurs qui étaient ravis de voir enfin un super-héros LGBT mener sa propre bande dessinée.

Cependant, Marvel a également proposé d’annuler les spéculations selon lesquelles deux guerriers du prochain film, Black Panther, seraient dans une relation lesbienne , provoquant l’indignation et des accusations de censure.

youtube-hulu-1200x548.jpg

The Runaways, qui seront diffusés sur Hulu, sont basés sur une bande dessinée du même nom, qui voit Karolina partir pour un voyage difficile pour accepter sa propre sexualité..

En plus de cela, elle doit découvrir qu’elle fait partie de la race extraterrestre Majesdanienne, qui est capable de manipuler la lumière solaire d’où sa lueur arc-en-ciel.

Bien sûr, il y a toujours le danger que lorsqu’une merveilleuse bande dessinée homosexuelle est transformée en émission télévisée pour les masses, les parties LGBT se font couper pour apaiser les bigots.

Mais tous les signes montrent que la sexualité originale de Karolina est respectée et représentée dans le nouveau spectacle.

marvel-Karolina_Dean_Earth-616_Nico_Minoru_Earth-616_Runaways_Vol_2_7.jpg

Marvel a publié des descriptions des personnages plus tôt cette année, qui a décrit comment le personnage, joué par Virginia Gardner, aura du mal avec son identité.

« Sous son vernis de privilège et de perfection, Karolina éprouve un désir nouveau d’explorer son identité et de poursuivre ses propres désirs.

A New York Comic Con, les showrunners ont dit aux fans qu’ils resteraient fidèles aux sources de l’émission, selon comicbook.com.

Le site a également déclaré que les fans de Karolina « seront satisfaits » et a donné des assurances qui indiquent que sa sexualité sera probablement abordée dès le début du spectacle.

marvel-Julie_Power_Earth-616_and_Karolina_Dean_Earth-616_001.jpg

J’espère que la série sera bonne car c’est important pour la communauté LGBT que l’histoire soit respecté et pas censuré.

Voici la bande annonce !

 

Traduit du site Pinknews.co.uk

 

 

 

Publicités

Nos visages révèlent si nous sommes riches ou pauvres

Une étude menée par des psychologues suggère que nous pourrions deviner avec fiabilité si quelqu’un est plus riche ou plus pauvre que la moyenne simplement en regardant son visage neutre, sans aucune expression.

Des indices faciaux subtils pourraient permettre à d’autres de déterminer si vous êtes plutôt « riche », ou plutôt « pauvre » dès la première impression selon une étude qui note au passage que ceux qui ont une apparence « riche » sont plus susceptibles de réussir leurs entretiens d’embauche. Tout aussi intéressant, les chercheurs ont découvert que cette capacité à « lire » la classe sociale d’une autre personne ne peut se faire que lorsque le visage de cette personne est neutre. En d’autres termes, si vous souriez ou exprimez quelconque expression, il serait alors impossible de lire votre classe sociale.

Pour en arriver à de telles conclusions, les chercheurs ont séparé deux groupes de participants, principalement des étudiants. Le premier devait observer le second et vice-versa. En utilisant un revenu familial moyen de 57,000 £ à titre de référence, les chercheurs ont alors classé les étudiants bénévoles avec un revenu familial inférieur à 46 000 £ en tant que « pauvres ». Ceux dont les revenus familiaux dépassaient les £ 77,000 ont été classés comme « riches ». Chaque volontaire posait ensuite sur des photos avec une expression neutre sur le visage.

Les étudiants qui observaient furent ensuite invités à n’utiliser que leur instinct pour décider lesquels étaient riches ou pauvres simplement en regardant leurs visages. Ils ont alors pu déterminer quel élève appartenait au groupe riche ou pauvre à un niveau d’exactitude qui dépasse de loin les chances aléatoires pour les chercheurs. « Ce que nous observons, c’est que les élèves de 18 à 22 ans ont accumulé une expérience de vie suffisante qui a visiblement changé et façonné leur visage au point que vous puissiez dire à quelle classe socio-économique ou sociale ils appartiennent ». Cette capacité ne s’applique qu’aux visages « sans expression » et non lorsque les gens sourient ou expriment des émotions. Celles-ci masquent en effet les marques subtiles laissées par les expériences de vie passées.

« Il existe des neurones dans le cerveau qui se spécialisent dans la reconnaissance faciale. Le visage est la première chose que vous remarquez lorsque vous regardez quelqu’un. Nous sommes en quelque sorte calibrés pour reconnaître ses différences subtiles gravées sur nos visages », note Nicholas Rule, psychologue à la Faculté des arts et des sciences de l’Université de Toronto et principal auteur de cette étude. « La plupart des gens ne sont pas conscients de cette capacité à “lire” les visages des autres. La prochaine étape consistera à étudier des groupes de personnes plus âgées pour voir si les modèles de repères faciaux deviennent encore plus évidents à mesure que le temps passe.

Aller uriner avant l’amour ? Mauvaise idée !

Souvent, avant de se lancer dans une relation sexuelle, on peut être tenté d’aller faire un petit tour aux toilettes histoire d’être plus à l’aise. Pourtant, se vider la vessie avant l’amour peut être à risque et causer l’infection de la cystite. 

shutterstock_200966993.jpg

C’est David Kaufman, urologue aux États-Unis, qui affirme que se vider la vessie avant de faire l’amour augmente le risque de contracter une cystite, la plus fréquente des infections urinaires qui se traduit par une inflammation de la vessie. La raison est en réalité simple : si l’on va aux toilettes avant l’amour, à priori, on n’y retourne pas après. Et ne pas uriner après l’amour ouvre grand la porte à des bactéries comme E. coli et autres microbes. Pour l’urologue, il s’agit là de « la première cause d’infections post-coïtales de l’appareil urinaire, connues également sous le nom de ‘cystites de la lune de miel’« , comme il le déclare dans une interview donnée au Huffington Post.

Ce risque est bien plus élevé pour les femmes que pour les hommes (la cystite touche une femme sur deux), et ce pour des raisons anatomiques : l’urètre mesure entre 20 cm et 25 cm chez l’homme, seulement 4 cm chez la femme. De plus, au cours d’un rapport vaginal, les mouvements de l’homme facilitent le déplacement des bactéries de la partie basse du vagin vers l’urètre. « Les bactéries ont des petits poils constitués de protéines qui fonctionnent comme des harpons. Ils peuvent ainsi se fixer à l’entrée de l’appareil urinaire » explique David Kaufman.

Pour éviter cela, l’urologue conseille de se retenir d’uriner jusqu’à la fin du rapport, et dans l’idéal de boire un grand verre d’eau. « Plus votre système urinaire est résistant, plus vous avez de chances d’expulser les bactéries. » S’il n’est pas possible de se retenir avant, il faut boire après. « N’importe quel liquide fera l’affaire, vous n’êtes pas obligé de boire de l’eau. Un verre de vin blanc, c’est très bien aussi. L’important, c’est que le volume de la vessie augmente. » Prendre une douche est également conseillé si l’on na pu se retenir avant. « Je conseille à mes patient(e)s de prendre une douche, s’ils veulent vraiment faire quelque chose avant un rapport sexuel. Il faut bien se laver les grandes lèvres et la zone périanale, pour éliminer un maximum de bactéries dangereuses« .

Combien de fois par mois l’homme doit-il éjaculer pour garder la santé ?

Une étude américaine indique aux hommes le nombre idéal d’éjaculations à avoir chaque mois afin de garder une santé de fer et éviter certaines maladies telles que le cancer de la prostate.

Le-tabou-de-la-masturbation.jpg

Le cancer de la prostate est la troisième cause de mortalité chez l’homme, juste derrière le cancer du poumon et le cancer colorectal. Il s’agit du cancer masculin le plus diagnostiqué en France comme dans le reste du monde occidental. Chaque année dans notre pays, environ 50 000 personnes sont touchées par cette maladie pour près de 10 000 décès.

Il est pourtant possible d’en réduire les risques, les médecins préconisant la pratique du sport, une alimentation équilibrée et saine ainsi que des dépistages réguliers. Cependant, des chercheurs de l’University of Public Health de Boston (États-Unis) ont trouvé un autre moyen de prévention.

Une enquête a été menée sur 32 000 hommes quant à leurs habitudes sexuelles. « Nous avons constaté que les hommes qui signalent des résultats plus élevés en terme de fréquence d’éjaculation à l’âge adulte sont moins susceptibles d’être diagnostiqués par la suite avec un cancer de la prostate », a expliqué Jennifer Rider, meneuse de l’étude parue dans la revue European Urology en décembre 2016.

Un nombre mensuel idéal d’éjaculations a été fourni par les chercheurs. En ayant 21 éjaculations chaque mois, il serait alors possible de réduire de 33 % les risques de cancer de la prostate. La pratique jouerait un rôle prépondérant dans l’évacuation de certaines toxines, mais les chercheurs relativisent tout de même et indiquent que le meilleur moyen de rester en bonne santé est de faire du sport et d’avoir une bonne hygiène alimentaire.

Sources : Gentside – GQ Magazine – La Presse.ca