Quitter Paris pour Montréal !!

Aujourd’hui avec Camille (https://www.youtube.com/channel/UCaaM57ky7I7NRR-4oeIocAQ), on a eu un petit débat sur le fait de s’expatrier au Québec, on y donne pleins de conseils et d’anecdotes !
Alors fait toi un petit thé et installe toi confortablement !

Publicités

Justin Bieber a annulé sa tour­née parce qu’il a décidé de « dédier sa vie au Christ »

La nouvelle a surpris – et mis en colère – ses fans et son staff : Justin Bieber a annulé les 14 dernières dates de sa tour­née, le Purpose World Tour. La raison ? A priori, le chan­teur aurait eu soudai­ne­ment envie de se consa­crer plei­ne­ment à… la reli­gion.

À le voir faire n’im­porte quoi en marge de ses concerts (humi­lier des fans, passer la nuit dans une maison close et compa­raître devant la justice, par exemple), on a tendance à oublier que Justin Bieber est très pieux. De son enfance, passée dans des établis­se­ments catho­liques, à aujourd’­hui, le chan­teur s’est toujours reven­diqué comme un chré­tien évan­gé­lique pratiquant, n’hé­si­tant pas à affi­cher, parfois, ses opinions contro­ver­sées. En 2011, il avait notam­ment fait polé­mique en décla­rant dans Rolling Stone qu’il ne « croit pas en l’avor­te­ment » car c’est selon lui « comme tuer un bébé ». Et ce, même en cas de viol : « Je pense que c’est très triste, mais tout arrive pour une raison », avait-il déclaré. Trois ans plus tard, il se faisait bapti­ser par le pasteur pente­cô­tiste Carl Lentz à New York au sein de la Hill­song Church, un regrou­pe­ment d’églises dont il est toujours très proche.

Au début du mois de juillet, Justin Bieber s’est juste­ment envolé pour Sydney, où il a parti­cipé à une grande confé­rence orga­ni­sée par cette église. Sur les images, le chan­teur a un compor­te­ment étrange (il se brosse les dents pendant les inter­views, devant les camé­ras) et appa­raît très proche de deux pasteurs, dont le fameux Carl Lentz.

https://www.instagram.com/p/BWlUiNIDjR8/embed/?cr=1&v=7&wp=926#%7B%22ci%22%3A0%2C%22os%22%3A705.01%7D
Justin Bieber et Carl Lentz à la confé­rence de la Hill­song Church, début juillet

Selon les infor­ma­tions de TMZ, leurs liens se sont forte­ment renfor­cés ces derniers mois. Auprès de ce jeune pasteur lui aussi féru de musique, Justin Bieber aurait peu à peu renoué avec la reli­gion, qu’il avait quelque peu lais­sée de côté avec ses excès en tout genre de ces dernières années. « Ma foi gran­dit de jour en jour, décla­rait-il à la confé­rence de la Hill­song Church. Ma foi est plus forte qu’il y a deux ans. » Telle­ment forte qu’elle l’a conduit à annu­ler le reste de sa tour­née.

L’at­ta­ché de presse de Justin Bieber a annoncé ce lundi que les 14 dernières dates du Purpose World Tour étaient suppri­mées. Offi­ciel­le­ment, le chan­teur serait « épuisé » par cette tour­née à rallonge, enta­mée il y a déjà 18 mois. Mais TMZ assure que, à la grande colère de ses équipes, c’est son envie de « dédier de nouveau sa vie au Christ » qui l’au­rait poussé à mettre un terme préci­pi­tam­ment à sa série de concerts. Richard Wilkins, le présen­ta­teur de Today Extra, a égale­ment partagé une info « exclu­sive »dans son émis­sion, venant d’une source proche du chan­teur : « Tout me porte à croire que la vraie raison pour laquelle il arrête sa tour­née est son envie de se recon­nec­ter à sa foi, a-t-il assuré. Il pour­rait même avoir l’in­ten­tion de lancer sa propre église. » Affi­liée à la Hill­song Church ?

Greyson Chance à fait son Coming Out !

Greyson Chance, le jeune chanteur connu par Ellen DeGeneres, viens d’annoncer officiellement son homosexualité.

Connu pour son Cover étonnant de « Paparazzis » – Lady Gaga à l’âge de 12 ans, le chanteur est devenu une pop-star à part entière.

Le jeune homme de 19 ans a décidé de poster sur son compte Instagram pour proclamer qu’il est un homme homosexuel et a expliqué pourquoi il l’avait caché depuis si longtemps.

«La décision d’écrire ceci est venue après que j’ai reçu un message d’un homme courageux. Un tel message m’a inspiré pour éclairer un aspect de ma vie privée que j’ai éloigné de ma carrière dans la musique », il a commencé avec un post Instagram du drapeau arc-en-ciel.

J’ai découvert que j’étais gay alors que j’avais seize ans. J’ai décidé de ne pas publier ma sexualité en grande partie en raison d’une question de vie privée, car j’essayais encore de trouver un confort et une confiance dans ma propre peau.

De plus, j’ai toujours trouvé des conversations concernant la musique, la politique, l’art, les livres, et la grandeur du catalogue de Nas, pour être beaucoup plus intéressant que le type de gars dans lequel j’étais.

« Cela est encore vrai aujourd’hui ».

Le message de Greyson Chance à ceux qui se cherchent dans leur sexualité :

Greyson a déclaré que le message était «très en retard» qu’il voulait encourager tous ceux qui se cherchent dans leur sexualité à «consacrer autant de temps qu’ils ont besoin au processus de confiance en soi, d’acceptation de soi et d’amour-propre».

Il a ajouté: «L’enfer, pour moi, il a fallu des années pour écrire ce message. Néanmoins, je pensais que c’était le moment de laisser savoir à quelques amis que je suis gay, je suis là pour vous et je suis fier de ce que je suis. À votre santé !

« Il faut se débarrasser des gays pour purifier le sang tchétchène », déclare Ramzan Kadyrov !

Interrogé sur « les présumés arrestations, enlèvements et tortures d’homosexuels en Tchétchénie »,Ramzan Kadyrov assure que, dans la république du Caucase, « [ils n’ont] pas de gens comme cela ». Trois mois après les révélations concernant les persécutions dont sont victimes les homosexuels tchétchènes, le président de cette république de la Fédération de Russie a accepté d’évoquer brièvement ce sujet, lors d’un entretien réalisé vendredi 14 juillet avec un journaliste de la chaîne câblée américaine HBO.

12905928.jpg

Le chef d’Etat, allié de Vladimir Poutine, visiblement agacé par la question du journaliste, poursuit : « S’il y a des gays [en Tchétchénie], emportez-les au Canada. Plaise à Dieu, prenez-les pour qu’on n’en ait pas ici. Pour purifier notre sang. S’il y en a, prenez-les. » 

« Ils sont le diable. Il faut s’en débarrasser, ce ne sont pas des hommes », reprend le président tchétchène : « Dieu les punisse pour ce dont ils nous accusent. Ils devront en répondre devant le Tout-Puissant », ajoute-t-il, niant ainsi les persécutions révélées en avril par une enquête du journal russe d’opposition Novaïa Gazeta.

Les persécutions continuent

Les persécutions contre les homosexuels, qui avaient cessé durant le ramadan, ont repris en Tchétchénie, a affirmé l’ONG Russian LGBT Network, le 1er juillet. « Des dizaines de personnes nous contactent sur notre hotline. Elles nous disent qu’on essaie d’accuser les gays sous de fausses preuves, qui vont du cambriolage au terrorisme. Cela se passe maintenant. C’est tout récent », s’est inquiété Igor Kochetkov, le directeur du réseau LGBT russe, lors d’une visite à Paris.

Selon Novaïa Gazeta, plus de cent homosexuels ont été arrêtés ces derniers mois en Tchétchénie, où les autorités ont incité leurs familles à les tuer pour « laver leur honneur ». Toujours selon le journal, au moins deux personnes ont été assassinées par leurs proches et une troisième est morte des suites d’actes de torture.

Le président du réseau LGBT russe assure pour sa part que « six gays ont été tués » dans cette république conservatrice et musulmane. Il chiffre à « 300 à 400 » le nombre d’homosexuels tchétchènes à avoir été détenus et torturés dans des lieux non officiels, comme des écoles abandonnées ou des garages. Entre « 60 et 70 » d’entre eux ont été « exfiltrés » dans d’autres provinces russes, dont 14 ont depuis lors été admis dans des pays étrangers avec « visa humanitaire et asile garanti », a-t-il affirmé. L’un d’entre eux est notamment arrivé fin mai en France.

Source : France Info.

La Pride de Marseille sérieusement menacée….

La municipalité a coupé les subventions, faute de budget. Les organisateurs dénoncent des « contraintes prohibitives ».

[Edit, vendredi 7 juillet : Après une réunion jeudi avec les services impactés (Préfecture de police, municipalité, etc.), les organisateurs ont bon espoir de parvenir à un compromis avec la Préfecture et réclament toujours « un engagement politique fort de la Ville de Marseille ».]

Après un simple rassemblement statique contraint l’année dernière, la Pride de Marseille est-elle en voie d’extinction ? La perspective d’une Marche fière et heureuse cette année devient de plus en plus incertaine compte tenu du fait que la Ville de Marseille a annoncé son intention de ne pas subventionner la Pride comme elle l’avait pourtant fait en 2015 et 2016. Faute de budget, la municipalité exige des organisateurs qu’ils prennent en charge la sécurisation des lieux. Montant de la facture ? 10.000 à 12.000 euros. Un refus appuyé par le fait que, selon la mairie de la cité phocéenne, la Marche n’est autre qu’un « événement festif » et non une « marche revendicative« .

Dans un communiqué, les organisateurs de la Pride Marseille ont dénoncé l’attitude de la mairie et ses exigences pour sécuriser le cortège :

Les contraintes que l’on nous impose sont prohibitives, en particulier l’exigence de 12 camions que nous devons trouver pour bloquer les rues.

Dans un contexte d’état d’urgence permanent et d’une menace terroriste élevée, les organisateurs avaient pourtant bien anticipé les questions de sécurité. Mais ils se heurtent à la rigidité de la municipalité qui, à leurs yeux, « semble peu soucieuse de l’organisation » de la Pride :

Nous attendons de notre Maire qu’il s’érige en premier rempart contre les discriminations. Soutenir les personnes LGBT témoignera de sa bonne volonté dans la lutte contre les ostracismes et les intolérances. Il est inimaginable que Marseille soit la seule ville de France qui ne permette pas et ne favorise pas l’organisation d’une Pride, d’une Marche des visibilités conforme à l’esprit et à l’héritage de Stonewall.

Les organisateurs exigent de la municipalité qu’elle apporte au moins son aide pour trouver d’autres moyens de financements, à moins d’un mois d’une Marche qui ne peut pas mourir dans l’indifférence générale :

Marseille est l’une des plus grandes métropoles de ce pays. Elle est un pôle majeur du sud de la France. Elle est observée de tous les coins de la Méditerranée. Marseille doit être à la hauteur de son rêve et de son avenir. N’en doutons pas, les personnes LGBT sont au cœur de cet avenir inclusif.

Réponse aujourd’hui lors d’une réunion du comité de pilotage avec la mairie…

 

Source : Têtu.com

Bilal Hassani, le YouTubeur fait son coming-out !

Le YouTubeur français Bilal Hassani a chanté son coming-out la veille de la Marche des fiertés de Paris. Une chanson toute en délicatesse…

Lunettes rondes, cheveux frisés courts et large sourire communicatif, Bilal Hassani est un jeune YouTubeur français qui monte. Jeune, il l’est par son âge (18 ans) mais aussi par son ancienneté sur la plateforme de vidéos : cela fait seulement un an qu’il publie des vidéos musicales. Quand il ne chante pas, Bilal danse. Quand il ne danse pas, Bilal chante. La plupart du temps, il fait les deux dans des vidéo-clips travaillés.

Le mélange entre son groove naturel, sa voix reconnaissable et ses chorégraphies originales lui ont permis de dépasser les 100 000 abonnés sur YouTube. Depuis quelques mois, il s’est lancé dans des compositions personnelles. En mars, il a dévoilé un single pop intitulé « Follow me ».

« Thank you for accepting me »

L’avant veille de la Marche des fiertés parisienne, il prévient ses followers d’une annonce imminente. La date n’est pas choisie au hasard. À l’approche du défilé, il a senti le bon moment. Il raconte à TÊTU :

J’y pensais depuis longtemps mais je me suis dit que c’était le moment parfait. C’était significatif pour moi et je me suis dit que ça pouvait aussi l’être pour ceux qui m’écoutent.

Capture d’écran 2017-07-03 à 12.39.46.png

Le lendemain, il publie une vidéo avec la légende : « Thank you for accepting me » (Merci de m’accepter). En piano-voix, une première pour le jeune homme, il interprète « Hold your hand », une chanson qu’il a écrite pour l’occasion. « J’aurais pu aussi le faire face caméra mais ça me paraissait trop dur. Alors que la chanson je l’ai écrite la semaine dernière, en quinze minutes. C’était une évidence », explique le YouTubeur.

Ses paroles sont d’une délicatesse revendicative (dont voici notre traduction) :

Je ne peux pas stopper la haine qui juge notre amour. Mais je serai heureux, lorsque j’aurai le droit de te tenir la main… T’es un garçon et c’est un problème. Ça m’énerve que ça pose problème. Pourquoi les gens s’en soucient ? Laissez-moi être heureux.

Une nouvelle liberté artistique

Dans la foulée, il change son avatar Twitter qu’il orne d’un cercle arc-en-ciel. Désormais, les choses sont claires. Les réactions sont unanimes, toutes sont positives. Même si Bilal avoue que ce n’était « une annonce pour personne, en tout cas pas pour [ses] amis, ni pour [sa] famille », il se dit soulagé d’avoir reçu autant d’ondes positives. Un soulagement qui aura également des conséquences sur ses compositions musicales. Le jeune homme l’affirme :

Je vais pouvoir être plus ouvert dans mon écriture. Avant je ne faisais pas de chansons d’amour parce que je ne voulais pas faire semblant, maintenant je vais pouvoir en écrire et dire « him » (lui) au lieu du « her » (elle) que je chantais dans plusieurs reprises et qui me mettait très mal à l’aise.

Avec ce coming-out, il rejoint la liste des YouTubeurs LGBT « out » parmi lesquels on compte notamment Andrew Grey qui a commencé avec sa chaîne « Andrew is gay », le gamer Newtiteuf qui a fait son coming-out en janvier dernier, la bisexuelle Lysandre Nadeau ou encore Adrian de la Vega (qui était en couverture du premier TÊTU nouvelle formule).

Source : Têtu.com

Shiloh veut être un garçon, Brad Pitt et Angelina Jolie ne sont pas contre.

Shiloh, la fille de Brad Pitt et Angelina Jolie, se sent garçon. Elle s’habille en costume et bermudas et souhaite qu’on l’appelle John depuis sa plus tendre enfance. Ses parents ont décidé de faire appel à un psy pour mieux comprendre.

Brad Pitt entouré de ses parents et de ses enfants lors de l'avant-première de Unbroken, à Los Angeles, le 14 décembre 2014

 

Shiloh, la première fille biologique de Brad Pitt et Angelina Jolie, ne se sent pas bien dans sa peau. Depuis de nombreuses années, la petite fille préfèrerait être un garçon. Elle veut que ses proches l’appellent John et aime porter des vêtements plus « masculin ». Angelina Jolie l’expliquait déjà dans Vanity Fair il y a quelques mois :

« Elle veut être un garçon. Nous avons dû lui couper les cheveux (…) Elle s’habille comme un petit mec. Elle aime les survêtements et les costumes (…) Je ne serai jamais un parent qui la forcera à être ce qu’elle n’est pas. (…) On devrait permettre aux enfants de s’exprimer (…) sans que quelqu’un les juge.« 

Radar Online a appris que les Brangelina avait consulté un psy pour mieux comprendre ce que traverse Shiloh et son trouble de l’identité, « Ils veulent que Shiloh se sente aimée et en sécurité« . Selon la source du magazine, Brad Pitt se demandait si le fait d’avoir deux grands frères n’aurait pas influencé la petite blonde, mais, le spécialiste l’a rassuré sur ce point « Il a dit à Brad que Shiloh se serait habillée en garçon et se serait fait appeler John, même si elle n’avait eu que des sœurs« . De même, il a tenu à leur expliquer qu’ils n’avaient pas commis de faute en tant que parents. Les deux tiennent vraiment à accepter leur fille telle qu’elle est. Le pire qu’ils pourraient faire serait de la forcer à porter des robes ou jouer à la poupée. Toutefois, la source affirme que le psy a fortement conseillé à la famille de scolariser la petite fille. Tous les enfants Pitt-Jolie ont un tuteur : « Il est crucial à ce stade du développement de Shiloh qu’elle soit entourée d’un maximum d’enfants. Suivre l’école à la maison l’enferme dans son petit monde ».

Le magazine affirme que Shiloh, qui ressemble comme deux gouttes d’eau à son père, ne peut pourtant pas être qualifiée d’enfant transgenre. À l’adolescence, la petite pourrait se révéler être un garçon manqué ou au contraire développer une très grande féminité.

Brad Pitt et Angelina Jolie ont toujours mis un point d’honneur à laisser leur fille faire comme elle l’entendait et cette visite chez un spécialiste a dû les rassurer dans leur choix.

Source : https://www.closermag.fr/people/shiloh-veut-etre-un-garcon-brad-pitt-et-angelina-jolie-demandent-les-conseils-d-un-psy-557256