« Il faut se débarrasser des gays pour purifier le sang tchétchène », déclare Ramzan Kadyrov !

Interrogé sur « les présumés arrestations, enlèvements et tortures d’homosexuels en Tchétchénie »,Ramzan Kadyrov assure que, dans la république du Caucase, « [ils n’ont] pas de gens comme cela ». Trois mois après les révélations concernant les persécutions dont sont victimes les homosexuels tchétchènes, le président de cette république de la Fédération de Russie a accepté d’évoquer brièvement ce sujet, lors d’un entretien réalisé vendredi 14 juillet avec un journaliste de la chaîne câblée américaine HBO.

12905928.jpg

Le chef d’Etat, allié de Vladimir Poutine, visiblement agacé par la question du journaliste, poursuit : « S’il y a des gays [en Tchétchénie], emportez-les au Canada. Plaise à Dieu, prenez-les pour qu’on n’en ait pas ici. Pour purifier notre sang. S’il y en a, prenez-les. » 

« Ils sont le diable. Il faut s’en débarrasser, ce ne sont pas des hommes », reprend le président tchétchène : « Dieu les punisse pour ce dont ils nous accusent. Ils devront en répondre devant le Tout-Puissant », ajoute-t-il, niant ainsi les persécutions révélées en avril par une enquête du journal russe d’opposition Novaïa Gazeta.

Les persécutions continuent

Les persécutions contre les homosexuels, qui avaient cessé durant le ramadan, ont repris en Tchétchénie, a affirmé l’ONG Russian LGBT Network, le 1er juillet. « Des dizaines de personnes nous contactent sur notre hotline. Elles nous disent qu’on essaie d’accuser les gays sous de fausses preuves, qui vont du cambriolage au terrorisme. Cela se passe maintenant. C’est tout récent », s’est inquiété Igor Kochetkov, le directeur du réseau LGBT russe, lors d’une visite à Paris.

Selon Novaïa Gazeta, plus de cent homosexuels ont été arrêtés ces derniers mois en Tchétchénie, où les autorités ont incité leurs familles à les tuer pour « laver leur honneur ». Toujours selon le journal, au moins deux personnes ont été assassinées par leurs proches et une troisième est morte des suites d’actes de torture.

Le président du réseau LGBT russe assure pour sa part que « six gays ont été tués » dans cette république conservatrice et musulmane. Il chiffre à « 300 à 400 » le nombre d’homosexuels tchétchènes à avoir été détenus et torturés dans des lieux non officiels, comme des écoles abandonnées ou des garages. Entre « 60 et 70 » d’entre eux ont été « exfiltrés » dans d’autres provinces russes, dont 14 ont depuis lors été admis dans des pays étrangers avec « visa humanitaire et asile garanti », a-t-il affirmé. L’un d’entre eux est notamment arrivé fin mai en France.

Source : France Info.

Publicités

En Russie, une chaîne veut payer pour que des homosexuels quittent le pays

Une chaîne de télévision religieuse russe a offert de payer des billets d’avion en allers simples à des gays qui désireraient quitter le pays. La BBC rapporte que dans une vidéo postée sur ses réseaux, Tsargrad TV a appelé la population gay à participer pour gagner un billet.

«Encore récemment, la Californie –l’Etat qui est par ailleurs le plus libéral des Etats-Unis– a proposé de faciliter l’accès à une green card pour les perverts russes» a expliqué le présentateur Andrei Afanasyev, dans un vocabulaire fréquent sur la chaîne pour parler des gays. «L’équipe de Tsargrad TV soutient cette initiative. Plus encore, nous sommes prêts à payer un aller simple pour quiconque prévoit d’émigrer en toute honnêteté et qui pourra fournir un certificat médical prouvant qu’il est sodomite ou a d’autres formes de perversions. Nous voulons vraiment que vous déménagiez là-bas, où vous pourrez commettre vos péchés ouvertement».

`

Violences homophobes

Tsargrad est une chaîne qui entend promouvoir les valeurs chrétiennes orthodoxes, revendique être regardée par un quart de la population russe et critique très souvent la «basse moralité» des pays occidentaux. Le 5 mai, avant le second tour de la présidentielle française, une présentatrice de la chaîne avait d’ailleurs lâché à propos de Macron (présenté dans les médias russes comme un homosexuel caché, sortant avec une professeure «pédophile»), qu’il n’était «pas exclu que le candidat sodomite» l’emporte.

Le fondateur de Tsargrad TV, Konstantin Malofeev, est devenu l’un des hommes d’affaires et lobbyistes les plus influents du pays, notamment grâce à ses valeurs orthodoxes, de nouveau en vogue dans la Russie de Poutine. Il est d’ailleurs un ardent soutien du président russe, –et sa chaîne est, selon ses mots, l’équivalent de Fox News aux États-Unis.

Au-delà de ce canal, et de la violence des propos tenus dessus, c’est la Russie dans son ensemble qui a durci son discours et ses actes vis-à-vis de la population LGBTQ, ces dernières années. L’homophobie n’est pas neuve dans le pays, mais une loi contre « la propagande homosexuelle devant mineurs» empêche toute manifestation pour les droits depuis juin 2013. Et un sondage de 2016 notait que 81% des Russes considèrent les relations homosexuelles comme répréhensibles. En Tchétchénie, République constitutive de la Fédération de Russie, des pogroms anti-gays ravagent actuellement le pays.

De nombreux voisins occidentaux ont dénoncé ces persécutions mais, jusqu’ici,seule la Lituanie a choisi d’accueillir ces réfugiés. Une quarantaine de gays ont fui la région semi-autonome de Tchétchénie et se cachent dans d’autres parties de la Russie, en attendant d’essayer de quitter le pays. Certains ont fui sans attendre d’obtenir un visa.

Source : Russian TV offers gay people one-way tickets to leave – BBC News